Ville de Beignon : mairie de Beignon en Morbihan

Accueil → DECOUVRIR BEIGNON → HISTOIRE

LA COMMUNE DE BEIGNON ET SON HISTOIRE

HISTORIQUE

Vous trouverez sous ce chapitre, quelques éléments caractéristiques de l’histoire de Beignon.
Deux ouvrages sont disponibles à la médiathèque :
«Le pays de Beignon, témoin de l’histoir publié en 1987 par P. Bridier
«Beignon, porte sud de Brocéliande» publié en 2013 par P. Gavaud (éditions Les Oiseaux de Papier)»
Vous pourrez le consulter sur place.

La plus ancienne trace officielle est inscrite dans le cartulaire de Redon qui mentionne « In pago Trans Silvam, in plebe nuncupante Bicloën ».

En 869, le roi Salomon devint propriétaire des terres de Beignon et donna le pays aux évêques de Saint-Malo. La baronnie de Beignon subsistera jusqu’à la révolution.

REVOLUTION

On peut retenir de la période de la révolution que les « paroissiens » de Beignon rédigèrent 2 cahiers de doléances. Le premier très succinct a été rédigé dans l’église par le procureur fiscal de l’évêque. Les habitants de Beignon n’étant certainement pas satisfaits du contenu décidèrent de se réunir dans le cimetière et rassemblèrent leurs doléances dans un second cahier.

18e SIECLE

Au 18ème siècle, Beignon était une commune très florissante. Outre les métiers traditionnels des campagnes, on note un nombre important de tisserands, drapiers et de tanneurs. La proximité de la résidence des évêques à St-Malo de Beignon attire également des métiers pour les plus lettrés (avocat, notaire, procureur, greffier,…). La population est de 1800 habitants en 1793.

20e SIECLE

Histoire de Beignon : gareUn évènement important va considérablement changer la vie de la commune et de ses habitants.

L’armée souhaite agrandir le camp militaire existant. Au terme d’une procédure très longue (fin en 1912), 70 % de la surface de la commune se trouva ainsi affectée à l’activité militaire. 11 villages, 520 habitants sont donc contraints de quitter leurs terres et leurs maisons. Des chapelles, une tannerie, un moulin, des fontaines (l’eau était déjà précieuse) sont également abandonnés. A l’époque le choc est très important au sein de la population et le conseil municipal s’oppose même un temps, à l’opération. Finalement, l’intérêt général a primé et la population a été indemnisée par l’état (souvent par des procédures à l’amiable). Dans les années qui suivirent le camp militaire s’est considérablement développé, créant ainsi une activité économique avec les communes avoisinantes. Des beignonnais furent également employés comme personnel civil. Après une transformation par le Général de Gaulle, en 1945, du camp militaire de Coëtquidan en "Ecoles Militaires de Saint Cyr Coëtquidan", aujourd'hui des liens forts existent avec la commune de Beignon. "L'implantation du camp de Coëtquidan sur la commune a constitué une date charnière irréversible dans l'histoire du village" écrit Pierrick Gavaud. Il convient de reconnaitre que les Ecoles de Saint Cyr Coëtquidan sont "désormais indissociables de la vie citoyenne de Beignon, avec ses avantages et ses inconvénients".

 

GUERRES MONDIALES

histoire de Beignon pendant la guerre mondialeAu cours des 2 guerres mondiales, Beignon n’a pas connu de faits marquants référencés dans les ouvrages historiques. On peut toutefois noter que des habitants ont fait l’objet d’une prise d’otages.

Le 31 octobre 1941, le capitaine allemand Marquardt est retrouvé mort au lieu-dit « La Ville raynaud ». Parti à la chasse au sanglier sur le camp, il est tué par des chevrotines.

La police allemande et la gendarmerie française enquêtent ensemble. Les témoins affirment avoir entendu 2 coups de feu, les gendarmes français soutiennent que l’officier a certainement surpris un braconnier, lui a tiré dessus alors qu’il s’enfuyait et ce dernier aurait alors riposté. Ils veulent ainsi persuader les allemands qu’il ne s’agit en aucun cas d’un crime contre l’occupant mais seulement d’une affaire de droit commun. Un gendarme français à la place du Capitaine Marquardt aurait, selon lui, subi le même sort.
Le 2/11/1941, 11 patrouilles allemandes renforcées par 80 gendarmes fouillent toutes les maisons de la région pour tenter de retrouver un blessé qui aurait pu commettre le crime, l’arme du délit ou encore des munitions du même type.

Cette opération ne donne aucun résultat et l’arrestation de 85 otages est décidée. 12 Beignonnais font partie de la rafle.

Un coupable est démasqué le 09/11/1941. Il sera fusillé à Vannes le 14/03/1942. Les autres otages seront tous libérés.
Il subsiste toujours un doute sur l’identité réelle du coupable…

Un ouvrage a été rédigé en 1997 « Hôtel Nazareth ou les otages de Coëtquidan » par la maison d’arrêt de Vannes.

Pour les férus de généalogie, les registres paroissiaux à compter de 1502 (parmi les plus anciens de Bretagne) sont conservés aux archives départementales de Vannes.
Société archéologique, généalogique et historique du pays de Guer (SAGHPG)
Association, statut loi 1901 - 56380 Guer
Contact : / 06.40.29.29.61

BEIGNON ET SON BLASON

Blason de Beignon

Sur proposition de Paulette Colin et Pierre Bridier, Beignon a adopté son blason en 1987.

Les éléments historiques et naturels propres à Beignon constituent le blason :

« D’azur à la barre de Gueules surchargée d’une crosse d’or, accompagnée en chef d’un chêne arraché d’argent et en pointe de trois coupeaux de même, et au chef d’hermines » ;

La crosse d’or fait référence à la présence des évêques de St-Malo ; le chêne à la forêt de brocéliande ; les coupeaux à la pierre typique du pays (le schiste pourpré) ; les hermines à la Bretagne.

La devise « Semper Vivens » signifiant « toujours vivant » résume bien l’état d’esprit des beignonnais après avoir franchi les différents obstacles de leurs vies.

EVOLUTION DE LA POPULATION

Le recensement INSEE 2011 annonce 1743 habitants

EVOLUTION DE LA POPULATION DE BEIGNON

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale. (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 19621 puis Insee à partir de 19682.)

Histogramme de l'évolution démographique

Histogramme de l'évolution démographique de Beignon

HISTORIQUE DES DIFFERENTS MAIRES DE LA COMMUNE (depuis 1790)

Nom Début mandat Fin mandat
Pierre Fleury 1790 1802
Joseph Durand 1802 1822
Clément Mouazan 1822 1832
Mathurin Guérin 1832 1840
Mathurin Jacquin 1840 1843
Mathurin Huguet 1843 1857
Mathurin Bécel 1857 1865
Louis Danet-Tréberdières 1865 1869
Mathurin Bécel 1869 1871
Mathurin Guillaume 1871 1878
Frédéric Lucas de Pellouan 1878 1884
Joseph Deshayes 1884 1921
Jean Duchêne 1921 1924
Pierre Deshayes 1924 1931
Pierre Allaire 1931 1935
Louis Déron 1935 1959
Eugène Lamballe 1959 1977
Pierre Labbé 1977 1983
Raymond Allain 1983 1989
André Lamballe 1989 2008
Yves Josse 2008 oct 2010 (dissolution)
Yves Josse déc 2010 2014
Yves Josse 2014  
Agenda de la Mairie de Beignon Actualités de la Mairie de Beignon
Mairie de Beignon : info Mairie de Beignon : démarches administratives Mairie de Beignon : menu de la cantine Mairie de Beignon : coordonnées de la Mairie Mairie de Beignon : informations pratiques Mairie de Beignon : Collecte Bac Jaune
Beignon en image Beignon en vidéo Bienvenue à Beignon Retrouver Beignon sur Facebook
LA MAIRIE DE BEIGNON VOUS ACCUEILLE
  • 02 97 75 73 55
  • fax : 02 97 75 79 76
  • Ouverture du mardi au samedi de 8 h 00 à 12 h 00

Un site Internet créé et hébergé par l'Agence Eodys © 2013 - www.eodys.fr - Crédits photo : Fotolia & Mairie de Beignon

ADMIN